Présentation internationale pour le Collectif Scriișoara

 news-pres-scriisoara

Le Collectif Scriișoara représenté par trois écrivant·e·s, Ruxandra Daniela Pervulovici, Bogdan Imre et Florence Mourlon, a accueilli ce dimanche 28 février une présentation singulière du recueil L'insoutenable légèreté du post-être. Tel un reflet du collectif – qui a écrit en roumain et en français – et de ScriptaLinea en général, l'apéro-lecture a réuni une quinzaine de personnes habitant en Roumanie, en Belgique, en France et même en Egypte.

Un verre à la main, les participant·e·s se sont découvert·e·s par écrans interposés le dimanche 28 février en soirée. Symbole du réseau international des collectifs d'écrits, cette présentation en petit comité s'est affranchie des frontières, de la Bretagne à Timisoara et de Bruxelles en Egypte. Une réunion virtuelle, donc, mais placée sous le sceau du retour à la nature, thème du parcours d'écriture du Collectif Scriișoara.

Au cours d'une présentation bilingue où les textes ont été tour à tour présentés en roumain et en français pour que tout le monde puisse les savourer, le collectif d'écrits a partagé sept textes sur les quinze du recueil : « Gris », « Champ rasé », « Une autre sorte de salade », « Langue de bois », « La grenouille qui veut se faire aussi grosse que la vache », « Gare du Nord » et « L'amitié ». De quoi mettre à l'honneur les textes de tou·te·s les écrivant·e·s, y compris Alexandra Mira Mircov et Carla Preda qui n'avaient pas l'occasion d'être présentes.

Au cœur de la présentation, le collectif a invité le public à participer à un exercice d'improvisation, inspiré de la conférence gesticulée Incultures de Franck Lepage. C'est d'ailleurs déjà de cette conférence gesticulée qu'Alexandra Mira Mircov et Bogdan Imre se sont inspirés pour écrire en improvisation « Langue de bois ». Après avoir recueilli une série de mots en rapport avec la nature puis les avoir listés aléatoirement, il s'agissait pour les participant·e·s d'inventer en direct un texte qui les contiendrait tous dans l'ordre. Ce sont trois spectatrices qui se sont lancées avec courage et bonne humeur, imaginant tantôt une journée loufoque, tantôt un discours politique cynique.

Si vous voulez vous prêter au jeu, on ne résiste pas à vous donner les douze mots évoqués : air pur - avenir - souffle - sauvage - arbres - eau - sève - purin - évasion - biodiversité - forêt - pâturage. N'hésitez pas à nous faire suivre vos trouvailles !

À défaut d'être habituelle, cette présentation pleine d'inventivité a été l'occasion pour le collectif de clôturer son parcours d'écriture et de le célébrer par un évènement festif qui pourra être réitéré auprès d'un public renouvelé.

Et pour vous plonger dans tous les textes du Collectif Scriișoara, cliquez sur la couverture du recueil :

Couverture de L'insoutenable légèreté du post-être